Photographies extraites de "De long en large Ladakh" par Jean Mansion - édition Findakly. Copyright Lise Mansion

LETTRE-TDM-n°30 : LES BRACELETS D’ARCHER DES CHAMANES DU NÉPAL

Par Adrien Viel En collaboration avec François Pannier et Patrick Grimaud

Le chamane est un guérisseur et un guerrier. Lors des séances de cures, il s’applique pour le bien de sa communauté à renverser l’emprise des entités malfaisantes sur les humains, afin de rétablir la protection du groupe. Pour ce faire, le guerrier-guérisseur part à la recherche d’un diagnostic, d’une âme ou d’une bataille à livrer, évoluant dans un monde sauvage, peuplé d’aïeux et d’esprits bienfaiteurs, de créatures démoniaques et de fantômes sournois. Afin de devenir le réceptacle des êtres invisibles et de montrer sa force d’intervention, le chamane se pare d’accessoires et de vêtements rituels (fig. 2 à 5). Ce couple d’attributs élabore le costume du chamane, véritable armure, où réside dans chaque élément qui le compose le pouvoir des ancêtres. Et c’est ce rattachement transgénérationnel du costume à une lignée de chamanes qui anime le guérisseur d’un concentré de force, accumulé à travers les âges. Sa tenue vestimentaire rituelle et ses accessoires mythologiques sont le symbole même de l’alliance faite aux ancêtres du clan, et lui apportent la charge protectrice nécessaire au bon déroulement de la séance. Les nombreuses populations à tradition chamanique offrent sur le territoire népalais une large diversité de costumes traditionnels. Selon les régions, le costume du chamane peut être réduit à une simple ceinture de grelots ou prendre la forme d’un costume religieux complexe fait de matériaux composites. Les costumes des chamanes Kham Magars du district de Rukum et de Rolpa (fig. 6 et 7), ainsi que celui des Kāmīs de la vallée de Bhuji et Nisi (fig. 1), et des chamanes Gurungs du village de Tamu dans le district de Lamjung (fig. 8 et 9), font partie de cette catégorie de costumes élaborés.

Plus dans cette catégorie : « LETTRE-N°10 LETTRE-N°11 »