Photographies extraites de "De long en large Ladakh" par Jean Mansion - édition Findakly. Copyright Lise Mansion

TAWANG, TORGYA (du tib. torma, gâteau sacrificiel fait de tsampa et de beurre de dri souvent coloré). Torgya a la forme d’une haute structure pyramidale de couleur rouge.

FESTIVAL 25-26-27 Janvier 2017, photos Monique Masse.

Torgya est célébré annuellement. Tous les 3 ans la fête dénommée pour l’occasion Dungyur revêt une importance particulière. 

Le monastère de Tawang fut fondé en1680 (année du singe) à la demande du 5e dalai Lama, Nawang Losbsan Gyatso, dans l’actuel état indien de l’Arunachal Pradesh ; altitude 3000 m. Tawang faisait jusqu’en 1914 partie intégrante de Tibet dont la frontière est toute proche. Le monastère fait donc partie de la secte gelugpa.

Le festival dure 3 jours du 28e au 30e jour du calendrier lunaire (soit généralement - fin janvier mi février - du calendrier grégorien. 

Il se déroule sous forme de danses masqués (Gar Cham).

Les trois jours de cérémonies ouverts aux laïques sont précédés les 24e et 25e jours du calendrier lunaire par la préparation des tormas (dans le Dukhang (hall d’assemblée). Les différentes danses et cérémonies s’apparentent à celles exécutées dans les autres monastères Gelugpa des régions himalayennes. Néanmoins on relève des variantes : origines, détails, références. Hélas une interprétation rigoureuse du sens et de tous les symboles est difficile. Les commentaires fournis par les moines manquent de précision et certains sont même contradictoires. De plus le manque de diversité des masques, pourtant nombreux, oblige leur réemploi pour caractériser plusieurs personnages différents surtout parmi les représentations des laïcs. On remarque l’influence croissante de l’environnement quotidien et de son évolution dans les épisodes burlesques avec notamment des références au monde contemporain. Les monpa, principale ethnie qui peuple la région, constitue une grande partie de l’auditoire, Plusieurs d’entre eux sont reconnaissables au traditionnel chapeau de feutre en poil de yak noir à 5 pointes tournées vers le sol. De nombreuses femmes Monpa se distinguent par leurs manteaux rouges portés au dessus d’une veste brodée et d’une longue robe souvent rose et rayée. 

On reconnaît aussi des visiteurs venus du Bouthan voisin et des ethnies Shertukpen qui résident dans les districts voisins notamment ceux du Kameng Est et Ouest.

Pour plus d'informations sur la chronologie des moments clefs des 3 journées du Torgya, vous pouvez télécharger le document PDF.